Autres Fractures du Fémur - CHIRURGIE SPECIALISEE DE LA HANCHE

CHIRURGIE  SPECIALISEE  DE  LA  HANCHE
CHIRURGIE  SPECIALISEE  
DE  LA  HANCHE
CHIRURGIE
SPECIALISEE  
DE  LA  HANCHE
Aller au contenu

Menu principal :

Autres Fractures du Fémur

Traumatologie

Col du fémur, Massif trochantérien, Diaphyse fémorale


FRACTURES DU MASSIF TROCHANTERIEN

Le massif trochantérien est situé à la partie supérieure du fémur qui est l'os long de la cuisse. La partie supérieure du fémur comprend de haut en bas la tête du fémur, puis le col du fémur et enfin le massif trochantérien.
Cette région trochantérienne comprend deux protubérances : la plus grande est appelée le grand trochanter ; la plus petite protubérance est nommée le petit trochanter.
Au cours du vieillissement, cette région osseuse se fragilise à cause de l'ostéoporose et de l'atrophie musculaire. Ainsi, ce massif osseux est souvent sujet à des fractures, surtout chez les personnes âgées.

Quatre types de fractures (cervico-trochantérienne, per-trochantérienne, sous-trochantérienne, trochantéro-diaphysaire) peuvent concerner cette région trochantérienne.
Le traitement de ces différentes fractures, peut être orthopédique (non-opératoire) ou chirurgical.

 
Classification des fractures trochantériennes

Ces fractures (ou cassures osseuse) localisées dans le massif des trochanters peuvent être « simples » avec un seul trait de fracture, ou « complexes » avec plusieurs traits de fracture. En fonction du niveau du trait, on distingue généralement quatre types de fractures trochantériennes :

  • Les fractures cervico-trochantériennes : le trait de fracture est localisé au niveau de la jonction entre le col fémoral et le massif trochantérien.
  • Les fractures per-trochantériennes : elles peuvent être simples ou complexes avec un trait fracturaire qui traverse le petit et le grand trochanter.
  • Les fractures sous-trochantériennes qui fissurent le corps de l'os, sont en dessous du massif trochantérien.
  • Les fractures trochantéro-diaphysaires , souvent complexes, sont caractérisées par un ou plusieurs traits fracturaires obliques qui descendent dans la diaphyse  fémorale. Elles affectent le massif trochantérien et la diaphyse fémorale.
 
 
Farcture pertrochantérienne


 
Traitement des fractures trochantériennes

Le but du traitement est, de façon générale pour tous les patients, de restaurer et/ou de conserver au mieux l’anatomie naturelle du fémur et de la hanche, avec un objectif complémentaire chez les personnes âgées qui est de leur restituer rapidement une certaine autonomie à la marche de façon à éviter la survenue de complications secondaires à une immobilisation ou un alitement prolongés.
 
Le traitement de ces fractures est le plus souvent chirurgical.
Des procédures d’ostéosynthèse, essentiellement, mais également de mise en place de prothèse, sont couramment réalisées.

La réduction (restauration de l’anatomie) et la fixation de la fracture (ostéosynthèse) permet de préserver le capital osseux : elle consiste à maintenir les fragments osseux entre eux au moyen de différents matériaux ou des implants.
- on peut ainsi fixer la fracture avec une vis-plaque à compression de type DHS (Dynamique Hip screw) ou THS (Trochanteric Hip screw). Ce vissage apporte une bonne stabilité.
- des techniques mini-invasives sont actuellement très souvent utilisées, notamment la mise en place de clous trochantériens dits centromédullaires verrouillés (type clou gamma). Ces différents implants permettent de solidariser les fragments osseux de l'extrémité supérieure du fémur fracturé.

La prothèse permet de remplacer une partie des fragments osseux de l'extrémité du fémur fracturé. Elle est préférable dans certains cas, notamment, en présence des fractures instables ou d'une grande ostéoporose et lorsque l'état général du patient le permet. Les fractures instables sont celles qui affectent l'un ou les deux trochanters avec des traits fracturaires plus ou moins complexes.




FRACTURES DE LA DIAPHYSE FEMORALE

 
La fracture de la diaphyse du fémur survient généralement lors d’un traumatisme violent, le fémur étant un os résistant.
Le traitement chez l’adulte est toujours chirurgical.

Les techniques chirurgicales le plus souvent employées sont l’ostéosynthèse (fixation des fragments osseux) par :
- clou centromédullaire verrouillé (antérograde, introduit par le massif trochantérien)
- plaque vissée
- cerclages
- clou centromédullaire verrouillé rétrograde (introduit par le genou).





  POUR EN SAVOIR DAVANTAGE :



Retourner au contenu | Retourner au menu